vendredi 23 mai 2014

Roger CLAESSEN dit "Roger la honte"

Roger Claessen est un footballeur belge né le 27 septembre 1941 à Warsage décédé le 3 octobre 1982 à Liège.






































1962
































Biographie :
 Roger Claessen a été le numéro 9 d'exception du Standard de Liège. Il a disputé 226 matches pour le Standard, marquant 160 buts toutes compétions confondues (177 matchs/122 buts en championnat, 20 matchs/16 buts en coupe de Belgique, 29 matchs/22 buts en coupe d'Europe), il joua son premier match avec l'équipe A le 07/12/1958 FC Tilleur - Standard 1-2. Il a été élu meilleur buteur de la 1re division belge avec vingt buts (ex-aequo avec Paul Van Himst) en 1968.
Il a joué dix-sept fois avec l'équipe nationale belge entre 1961 et 1968. Ce faible nombre de sélections s'explique notamment par le fait que Roger Petit, président du Standard à l'époque, ne voulait pas que ses joueurs fréquentent ceux du grand rival anderlechtois, mais aussi par de nombreuses blessures et indisponibilités conséquentes à son comportement en dehors du terrain. Claessen a fait ses débuts au niveau international le 20 mai 1961, lors d'une défaite contre la Suisse par 2-1 mais en ayant marqué le seul but belge.
Surnommé Roger-la-Honte à cause de ses frasques légendaires, notamment dans Le Carré, fameux quartier liégeois, il n'en était pas moins adulé par le public liégeois. Il a en effet été élu Standardman du siècle, et son visage orne désormais une colonne de la tribune 1 du stade de Sclessin.


Roger Claessen a joué de 1968 à 1970 à Alemannia Aachen où de 3000 à 5000 supporters du Standard le suivaient à chaque match. Il joua ensuite au Beerschot VAV (70-72), au Crossing Club Schaerbeek (72-73), au RJS Bas-Oha (73-76), à Saint-Vith et à Queue-du Bois.

Photo offerte par Françoise Varenne (fille de Luc) à notre doyen "Richard Claro"






















Lierse - Standard, Leo Thys et Frans Van Dessel en arrière plan

Carrière


Parcours jeune:


1954/56 : Etoile Dalhem

1956/58 : Standard de de Liège

Parcours professionnel :

1958/68 : Standard de Liège : 226 Matchs, 160 Buts
1968/70 : Alemannia Aachen (Allemagne) 44 Matchs, 11 Buts
1970/72 : Beerschot VAV : ?Match, ?But
1972/73 : Crossing Club Schaerbeek :  30 Matchs, ?But
1973/76 : RJS Bas Oha

Sélections en équipe nationale :

1961-1968 : 17 Matchs, 7 Buts         

Palmarès :

Champion de Belgique en 1961 et 1963 avec le Standard de Liège
Vice-Champion de Belgique en 1962 et 1965 avec le Standard de Liège
Vainqueur de la Coupe de Belgique en 1967 et 1968 avec le Standard de Liège 
Vainqueur de la Coupe de Belgique en 1971 avec le Beerschot VAV

1964






















Paul Van Himst , Roger Claessen et Guy Delhasse à l'entraînement des Diables Rouges 



























































































































































Dans la nuit du 2 au 3 octobre 1982 Roger Claessen s’éteignait une chandelle qui avait largement brûlé par les deux bouts.
Tandis qu'un homme exhalait son dernier souffle, naissait une légende. Parce que le joueur avait été simplement fantastique, et que l'homme par ses excès de toutes sortes possédait une dimension hors du commun. On pourrait parler des heures, de Roger Claessens. Et écrire des lignes et des lignes.
L'avant-centre qui était avait tout: technique, vitesse, engagement, sens de la profondeur, frappe de balle, ainsi qu’un jeu de tête phénoménal. Puis surtout, Roger avait un cœur énorme. Ce personnage nous allons le résumer avec deux anecdotes qui le dépeignent merveilleusement bien.

MAMAN CLAESSEN N°9
Comme Roger sortait beaucoup, déclassait un nombre invraisemblable de voitures de sport. Roger Petit, le seul et unique "Monsieur Standard" convoque un jour son enfant terrible dans le bureau directorial. L'homme qui a "fait" le dub qui dit:" Voilà Roger, tu dépenses trop d’argent. Pour finir tu n'auras plus rien. A partir de maintenant, je verserai la moitié de ton salaire sur le compte de ta maman et 1’autre moitié sur ton compte personnel".
Roger-la-honte acquiesce, quitte la pièce avant de revenir.
-" A propos, M.Petit, n’oubliez pour dimanche ... "
- "Quoi Dimanche? "
- "Prévenez ma mère que je jouerai la première mi-temps mais que c’est elle qui disputera la deuxième"

LE CENTRE-AVANT ÉTAIT EXCEPTIONNEL, L'HOMME L’ÉTAIT TOUT AUTANT
Il fallait le faire de répondre de la sorte au maître des lieux. Passons bien entendu les innombrables soirées que Michel Pa­vic alors entraîneur a passées dans le Carré à la recherche de son numéro 9, pour nous attarder sur cette histoire étonnante, narrée par son frère Jean.

"ROGER J'AI FAIM"
Elle se déroule en hiver, après une rencontre.
" Nous allions nous promener à liège, comme nous le faisions souvent", raconte Jean Claes­sen. "Roger avait en poche sa prime de victoire en liquide comme cela se pratiquait à l'époque. Un mendiant l'a reconnu et s'est approché de lui:
"Hé. Roger, t'as pas une pièce, j’ai faim ?a-t-il demandé. Mon frère a sorti la fameuse enveloppe de sa veste et l’a donnée sans même l'ouvrir au  malheureux. Ce gaillard a fait une bonne affaire e jour là".
Tant d'années plus tard, Jean a les larmes qui lui montent aux yeux. Il dit alors simplement en hochant la tête:" Sacré Roger. va ... "
À divers Jeunes footballeurs. qui pensent que pour être" le nouveau Roger Claessen " , il suffit de boire ou de faire la brin­gue, nous préciserons qu'il convient surtout d'avoir un talent haut de gamme et une grandeur d'âme qui l'est tout autant. Sacré Roger. va."


Fresque à son effigie derrière la T1























































Roger Claessen dit: "Roger la Honte son histoire..."

Brûlé par la gloire

Le centre-avant des Rouches était tout le temps à fond sur le terrain et en dehors.
Avanl la gloire, on lui aurait volontiers donné le bon dieu sans confession. Normal pour un interne au petit séminaire de Saint-Trond dont l'ambition était d'entrer lin jour dans les ordres. Elève appliqué en semaine, passionné de grec et de latin, Roger Claessen, petit dernier d'une famille de six enfants, originaire de Warsage, près des Fourons, se muait tour à tour, le week-end, en enfant de chœur et en boy-scout dans la patrouille des castors.
Jusqu 'au jour où son frère Joseph, séduit par les qualités footballistiques qu'il étalait en compétitions interscolaires, le poussa vers l'un des clubs situés non loin de la ferme parentale: l'Etoile Dalhem, d'obédience catholique alors que l'autre entité du cru, l'Elan, avait une connotation socialiste. C'était la seule manière de convaincre papa et maman, davantage branchés sur le culte que sur le sport ...
Alors que d'autres se solidarisaient déjà au ballon rond en Minimes, le petit Roger, lui, était déjà Cadet à l'heure de signer sa carte d'affiliation. Les matches du dimanche, au demeurant, se déroulaient les trois quarts du temps sans lui. Logique, les permissions de rentrer à la maison étaient parfois espacées de six semaines. Dans ces conditions, le jeune homme n'avaÎt guère l'occasion de s'entraîner avec ses coéquipiers et ses sélections pouvaient se compter sur les doigts d'une seule main. Mais avec ou sans lui, ladifférence n'en était pas moins sensible. Car Claessen, titularisé au centre-avant, avait cette faculté de transformer la moindre opportunité en but. Du pied droit, du gauche et, surtout de la tête car il était déjà doté d'une détente impressionnante. Sa réputation eut d'ailleurs tôt fait de dépasser le cadre de sa catégorie d'âge et, lorsque l'un des titulaires de la Première du club, Florent Demonceau, fut transféré au Standard, il ne se fit pas faute de renseigner à la direction liégeoise ce jeune attaquant qui faisait flèche de tout bois.

Au Standard pour 300.000 francs

Roger Petit, le secrétaire des Rouches, dut débourser la somme de 300.000 francs pour son acquisition. Un montant plutôt coquet, à la fin des années 50, pour un footballeur en herbe de 14 ans à peine. Il n'empêche que le jeu en valait manifestement la chandelle car avec les Cadets provinciaux, le nouveau venu réussit à inscrire 101 goals en l'espace de 20 rencontres. Chez les Scolaires, l'intéressé ne disputa guère plus de 5 matches au total. Marquant comme à la parade, la plupart des observateurs étaient d'avis qu'il perdait son temps à ce niveau et que la difficulté devait être corsée pour lui. Sans transiter par les Juniors, Claessen passa alors directement en Réserve où il allait faire montre d'un même instinct de goleador: 25 buts en 6 matchs. Ses débuts en A eurent lieu le 12 décembre 1958 à la faveur d'un derby liégeois contre Tilleur au Pont d'Ougrée, remporté 1-2. Il avait 17 ans à peine et côtoyait déjà quelques cadors qui venaient, six mois plus tôt, de décrocher le tout premier titre de l'histoire du club principautaire: Denis Houf, Marcel Paeschen, Jean Mathonet de même que Popeye Piters. Cette saison-là, il fut appelé huit fois en équipe fanion, inscrivant son premier but lors d'un autre derby, face aux Sang et Marine. L'entraîneur Geza Kalocsay le retint aussi, par la suite, comme doublure lors des deux joutes de CE 1 contre le Stade Reims.
On pensait Claessen définitivement lancé mais la confirmation se fit attendre en 1959-60, une campagne au cours de laquelle il ne livra, en tout et pour tout, que deux maigres rencontres. Deux facteurs étaient de nature à l'expliquer: d'une part la mort de sa soeur Berthe, qui avait toujours été une deuxième mère pour lui, et d'autre part le début de la célébrité: le pensionnat trudonnaire avait entre-temps cédé le relais à la vie d'externe au collège Saint Adelin de Visé, que fréquentait également un certain Léon Semmeling. Avec P'tit Léon et un autre régional, disparu trop tôt également, Lucien Spronck, le citoyen de Warsage effectuait, en bus, Ies trajels entre la province et la Cité Ardente afin de se rendre aux séances de préparation des Rouches. Le soir, le trio rebroussait chemin de concert, parfois avec un cornet de frites en main. Et, avant de se disperser, les jeunots n'omettaient jamais de boire le verre de l'amitié, en compagnie galante ou non. Car être joueur au Standard, c'était quelque chose! 

Roger Claessen porté en triomphe lors du titre de 1963


























17 fois Diable Rouge

L'exercice 1960-61 marqua la véritable entame de carrière de celui qui allait devenir le Joueur du Siècle des Rouches. Toujours teenager à ce moment-là, Claessen commença par frapper fort en Réserve avec un total de 21 buts en 4 matches. Le coach hongrois des Rouches ne pouvait évidemment plus se priver des services de pareil buteur patenté et, dès ce moment, le numéro 91ui fut attribué pour de bon. Le joueur lui-même remercia à sa façon en propulsant Standardmen vers leur deuxième titre après un coude à coude homérique avec le voisin de Rocourt. Un sacre qui fut acquis à Sclessin, lors de l'avant-dernière journée après que les Sang et Marine eurent été battus à l' Antwerp tandis que ceux du RSCL s'imposaient sur leurs terres devant le Daring. Claessen, juché sur les épaules des sympathisants rouge et blanc, eut droit à son premier bain de foule cette après-midi là. En quelques mois, grâce à son sens du but et du spectacle, il avait conquis de manière définitive le public de la rue de la Centrale. Au cours de cette même campagne, le 20 mai 1961, Claessen effectua son maiden-match chez les Diables Rouges lors d'une rencontre qualificative pour la Coupe du Monde 62, à Lausanne, face à la Suisse. II y sauva même l 'honneur de nos représentants, vaincus sur la marque de 2-1. Lors des trois rencontres suivantes, face à la Suède, la France et les Pays-Bas, il réussit la gageure d'inscrire quatre buts au total, avant de devoir déclarer forfait contre la Bulgarie car il s'était blessé à l'Union Saint-Gilloise ...
C'est son nouvel entraîneur (Jean Prouff avait succédé à Kalocsay) qui le pria de décliner la sélection. Une mesure qui devait encore être prise quelquefois, par la suite, par le grand patron du Standard, Roger Petit. Il n'appréciait pas que ses joueurs fréquentent leurs homologues d'Anderlecht en sélection. Pour les décourager, celui qui parlait d' anderlechtisation du foot belge, allait même jusqu'à mettre ses joueurs à l'amende pour tout entraînement loupé en club pour cause de sélection nationale ... On comprend que le total des caps récoltées par les Jean Nicolay et autre Léon Semmeling ne soutenait pas la comparaison par rapport aux Sportingmen.

Nu sur la terrasse

En tout et pour tout, Claessen en resta finalement à 17 sélections. Un maigre bilan dû non seulement à l'oukase de sa direction mais aussi aux sanctions disciplinaires dont il fut l'objet. Car, à deux reprises, le forward du Standard fut suspendu pour une durée de 24 mois par les instances fédérales pour les équipes nationales. A chaque coup pour motif disciplinaire. La première fois, c'était après un match au Luxembourg pour le compte de l'équipe belge B. Claessen avait alors fêté la victoire, jusqu' aux petites heures, avec son complice de Saint-Trond, Odilon Pollennis. Le duo, il est vrai, n'avait rien trouvé de mieux que de rejoindre les autres, le matin, sur le quai de la gare. Censé se racheter une conduite s'il ne voulait pas encourir les foudres de l'URBSFA, Claessen ne fit guère mieux lors de la revanche face à ces mêmes Grands-Ducaux, à Jambes, puisqu'en lieu et place de regagner sa chambre, il préféra aller se sustenter avec une fille à Wépion avant de lui faire découvrir Namur by night.
Repris en ces deux circonstances précises seulement dans les rangs des Diablotins, le Liégeois n'avait guère été plus performant chez les Jass (internationaux militaires). Pour les besoins d'un tournoi du CISM en Grèce, il fut même renvoyé subito presto au pays en compagnie d'un autre militaire: le gardien Maurice Jamin. En cause, l'attitude du duo qui s'était permis de prendre un bain de soleil sur sa terrasse en tenue d'Adam! Et comme si cette scène ne suffisait pas, Claessen en remit encore une couche en enfermant son compère, ainsi qu'une femme de chambre, dans un placard. La dame en était d'autant plus outrée qu'elle était mariée et mère de cinq enfants! De retour au pays, la sanction ne se fit pas attendre: huit jours de cachot et la mise à la porte de l'équipe nationale militaire. Dans l'intervalle, sans ses deux « exhibitionnistes », la sélection du colonel Jean Wendelen avait perdu l'épreuve, suite à des revers successifs contre la Turquie et le pays organisateur.
Pour Claessen, ces jours de balle à l' armée constituèrent la découverte de la vie derrière les barreaux. Après coup, il tâta encore à quelques reprises de la prison, notamment à Saint-Léonard. Les motifs étaient quasiment toujours les mêmes: désordre sur la voie publique, tapage nocturne ou encore conduite en état d'ébriété. Il n'y avait pas que sur le terrain que Claessen se livrait à fond. Au volant ou au bistro, il ne faisait jamais les choses à moitié non plus. Résultat des courses: une demi-douzaine d'Alfa Romeo pliées et quelques solides gueules de bois. La petite histoire veut d'ailleurs que Michel Pavic, qui l'eut sous ses ordres avant de céder le relais à René Hauss, attrapa ses premiers cheveux blancs à cause de notre homme. Le soir venu, le Yougo n'hésitait pas, en tout cas, à faire le tour des bistrots pour raisonner celui que ses nombreux copains avaient entre temps affublé du sobriquet de Roger-la-Honte. Mais à peine celui-ci avait-il regagné son domicile qu'il repartait de plus belle dès que la voie était libre.

Whisky pour oublier son bras cassé

Ses frasques lui étaient toutefois d'autant plus volontiers pardonnées qu'elles n'avaient d'égale que son extraordinaire bravoure sur le terrain. Claessen n'hésitait pas à mettre la tête là où d'autres mégotaient à mettre le pied. Avec pour conséquence quelques solides bobos: fractures des côtes, du nez, de la mâchoire, sans parler des commotions consécutives à ses nombreux accidents de la route. Mais la blessure qui fit à coup sûr de lui un héros aux yeux des supporters du Standard fut celle qui eut pour cadre un match de Coupe des Coupes contre le Vasas Gyor, le 8 mars 1967. Les Liégeois avaient réussi à limiter la casse en Hongrie, où ils s'étaient inclinés par 2-1 grâce à un but de P'lit Léon. Le retour eut tôt fait de tourner au véritable combat de rue et, à un moment donné, Claessen regagna le vestiaire avec le bras cassé suite à un coup d'un arrière magyar. Malgré l'interdiction du docteur Henri Gernay, Claessen reprit part au jeu, non sans avoir avalé une rasade de whisky, pour oublier la douleur. Le bras en écharpe, le numéro 9 des Principautaires était à peine remonté sur le terrain qu'il marqua le but, synonyme de qualification pour le Standard, avant d'amener le deuxième pour Cajou. Le mythe Claessen était né ...
Un peu plus d'une année plus tard, fort de deux titres nationaux et d'autant de demi-finales européennes, le tout agrémenté de 22 buts en 29 participations sur cette scène, Claessen décida, à près de 27 ans, de quitter le Standard. Il estimait avoir fait le tour du propriétaire dans son club ainsi qu'en Belgique et supportait de moins en moins d'être la cible toute désignée de certains arbitres. Comme cette fois où il fut suspendu pour une période de six mois par le Comité Sportif pour avoir soi-disant touché le juge de touche Van Hellernont lors d'une finale de Coupe de Belgique perdue 3-2 conlreAnderlecht. De 16 à 23 ans, il était passé à line douzaine de reprises devant le Comité Sportif, écopant tantôt d'un simple blâme, mais plus fréquemment de longues suspensions.
Claessen s'enfuit donc à l' Alemannia Aix-la-Chapelle où, pendant deux saisons, il allait être encouragé, en fonction des affiches proposées, par 3 à 5.000 fans du Standard. Du jamais vu ! Sa première campagne chez les Jaune et Noir fut bonne mais, durant la deuxième, les sorcières s'acharnèrent sur lui sous la forme de plusieurs blessures. Au bout du compte, Claessen décida de rentrer en Belgique, à destination du Beerschot plus précisément où il signa pour deux ans.

Défenseur au Crossing

Au Kiel, la poisse continua à l'accabler sous la forme d'une tendinite au genou, mal soignée, qui se doubla finalement d'une opération. A peine remis sur pied, ce fut la rechute et l'exercice 1970-71 se termina donc, pour lui, avant même d'avoir réellement débuté. La saison suivante ne se révéla pas plus heureuse. Les maux se succédèrent à tel point que les dirigeants anversois insistèrent auprès de la Faculté pour déclasser le joueur. Ce fut peine perdue el ils furent en définitive tout heureux de transférer le joueur au Crossing de Schaerbeeck. Après avoir finalisé le dossier, certains d'entre eux rirent sous cape, convaincus que le nouveau transfuge des Anes n'allait pas disputer plus de trois matches au Parc Josaphat. Un pronostic qui allait être faux sur toute la ligne puisque Claessen disputa l'intégralité des 30 matches en 1972-73. Il est vrai que le coach, Charles Flam, l'avait fait reculer dans le jeu pour éviter de l'exposer aux sévices de l'adversaire. Roger-La-Honte, appelé parfois aussi RogerLa-Foudre termina donc sa trajectoire au plus haut niveau comme défenseur. Le braconnier était devenu garde-chasse.
Après les Vert et Blanc, Claessen descendit en D3 à Bas-Oha, comme joueur d'abord, puis comme joueur entraîneur. Par après, il dispensa encore le foot à Saint-Vith puis à Queue du Bois avant de boucler la boucle au Standard, en tant qu'adjoint de Mathieu Bollen auprès des Minimes. Il avait 37 ans mais sa popularité auprès des petits et des grands était plus que jamais intacte... •

Extrait Sportfootmagazine09/2007

Standard - Anderlecht  0-0  le 5 novembre 1967.























Claessen marque de la tête sur un corner de Léon Semmeling.
L'arbitre Fred Delcourt et son juge de ligne n'ont pas vu le ballon franchir la ligne.
Gros scandale dans la presse, la semaine suivante.
Cette photo avait fait la une de tous les journaux à l'époque


Beurlet - Claessen























08/03/1967 1/4 de Finale retour Coupe des Coupes Standard - Vasas Gyor 2-0 (buts 55e Claessen, 60e Cajou)
























La rentrée aux vestiaires du héros de ce match légendaire avec l'épaule démise ! En bas à droite le gendarme à moto n'est tout autre que le papa de Christian Piot

09/03/1967






















Roger Claessen après la match retour contre le Vasas Gyor en quart de finale de la coupe des coupes le 8 mars 1967.
Son bras avait été fracturé par un joueur hongrois qui l'avait délibérément piétiné.
Après avoir reçu des soins, il remonta au jeu à 0-0 alors que le docteur Germay lui avait interdit et inscrivit le premier but et donna l'assist du 2-0 à Cajou synonyme de qualification !!!! Match aller 2-1 !




************************************************************************************
J'ai fouillé dans ma mémoire ( et l'une ou l'autre archive ) pour vous raconter cette terrible soirée qui a contribué à faire de Roger Claessen, le mythe qu'il est devenu.
Je plante le décor : nous sommes en 1967 et le Standard dispute un 1/4 de finale de la Coupe d'Europe des Vainqueurs de Coupe.
Le tirage au sort nous a désigné un adversaire à notre portée : les Hongrois de Vasas Györ.
Au cours du match-aller en Hongrie, le Standard a été malmené, secoué dans un match tendu et âpre, le tout dans une ambiance plutôt hostile. Les Hongrois ont mené 2-0 jusqu'à quelques minutes de la fin, avant que Léon Semmeling ne réduise l'écart : 2-1.
Le match-retour s'annonce passionnant mais difficile, les tensions nées au cours du match-aller ne se sont pas encore totalement estompées.
Comme à chaque rencontre de Coupe d'Europe, Sclessin est plein à craquer ( 33.000 personnes ) et l'ambiance est "électrique". Je suis en T2, debout, et nous sommes tous serrés les uns contre les autres comme dans une boîte à sardines.
Le match ? Une véritable horreur !
Point de football ! Une véritable boucherie !
Le Standard piétine tant et plus devant une équipe hongroise qui joue à l'intimidation. Agressions répétées sur nos attaquants et en particulier sur Léon Semmeling qui passera une bonne partie de sa soirée le nez dans le gazon.
Vasas Györ ? Ce serait comme qui dirait FC Lantin ( bien que Lantin n'existait pas à l'époque ).
L'arbitre, complètement "dépassé" par les événements, laisse le match "pourrir" et partir en brutalité totale.
Survient alors l'incident le plus grave de la soirée : Roger Claessen, qui allait toujours et en toutes circonstances au combat, se fait retourner comme une crêpe. Mêlée homérique et début d'échauffourée autour de notre Roger qui gît à même le sol. Au cours de l'algarade générale, un joueur hongrois piétine ( volontairement probablement ) notre numéro 9.
Roger se tord de douleur. Les soigneurs font irruption sur la pelouse, on appelle la civière. Finalement, Claessen est évacué dans une atmosphère indescriptible, proche de l'émeute générale...
A ce moment du match, le score est toujours vierge 0-0, la qualification vers les demi-finales nous glisse tout doucement entre les doigts...et il ne reste plus qu'une mi-temps pour assurer l'essentiel.
A cette époque, si mes souvenirs sont exacts, on ne peut procéder à aucun remplacement en cours de match sauf uniquement en cas de blessure du gardien de but.
Le Standard doit donc terminer la rencontre à 10, sans son buteur attitré. Tout semble donc compromis. Une immense vague de résignation et de découragement s'est emparée du stade. La rencontre tourne de plus en plus au vinaigre au fur et à mesure que les minutes et les secondes s'égrènent.

Arrive ensuite l'incroyable : un joueur fait irruption le long de la touche et demande frénétiquement au reférée sa montée au jeu. Stupeur générale : c'est Roger Claessen ! A la fois admirable de cran mais pitoyable dans l'aspect : le bras en écharpe, complètement bandé et scotché contre le corps.
Je n'oublierai jamais l'ovation qui accompagna sa remontée au jeu.
A partir de cet instant, la partie changea d'âme et l'intensité monta encore de 3 crans. Le public et ses coéquipiers furent littéralement galvanisés par ce retour inopiné.
L'espoir renaissait subitement et l'on sentit tout de suite que quelque chose allait se passer.
Et, ce que tout le monde espérait, arriva : dans une X ème mêlée homérique devant le but hongrois, surgit de nulle part le Zorro blanc, le sauveur providentiel, Roger Claessen, pour enfin la mettre au fond : 1-0 !
La délivrance après la douleur...
Dès cet instant magique, Sclessin entra littéralement en fusion, je me sentis vibrer comme jamais, tandis qu'une onde de choc de puissance 9 sur l'échelle de Richter ébranlait la T2.
Le paroxysme !
Quelques minutes plus tard, dans une ambiance indescriptible, le Standard scora une seconde fois : 2-0 !
La qualification était dans la poche et le match ( j'allais dire le combat ) se termina dans l'euphorie générale.
Ce n'est que le lendemain, en parcourant la presse, que nous apprîmes, incrédules, que Roger Claessen avait disputé quasi toute la seconde mi-temps avec un bras cassé...
La légende s'empara de ce haut fait d'armes et cela devint à peu près ceci : "dans le vestiaire, le médecin du club voulut interdire à Claessen de reprendre part au jeu. Celui-ci s'en échappa après avoir avalé une grande gorgée de whisky pour calmer la douleur ...".
Je ne sais évidemment pas si ces faits de coulisses se sont déroulés scrupuleusement de cette manière, mais ce que je peux vous affirmer, c'est que ce soir-là, nous fûmes très nombreux à avoir eu les yeux humides en quittant Sclessin à l'issue d'un match à haute intensité émotionnelle et où nous sommes véritablement passés par toutes les couleurs de l'arc-en-ciel ...

Sacré Roger, va ... toi qui nous regardes de là-haut, merci pour tous ces moments magiques !


Texto  : Le doyen "Richard Claro"




















Champion 1961
























1961-1962

























Roger-la-Honte chez les teutons : la suite des aventures de Roger-la-Honte.

En mai 68 ( et oui ! ), le divorce est consommé entre Roger Petit et Roger Claessen.
Claessen quitte le Standard pour une aventure sportive en Bundesliga au grand dam des supporters rouches qui vilipenderont longtemps le patron du Standard pour ce qu'il conséraient à l'époque comme une sordide trahison.

En fait Claessen rallie un petit club : Alemania Aachen ( Aix-la Chapelle ) qui vient d'accéder à la prestigieuse Bundesliga et qui cherche surtout à se renforcer pour éviter la rélégation.

Beaucoup de supporters liégeois ( de 3000 à 5000 paraît-il ) se déplaceront jusqu'à Aix-la-Chapelle pour suivre leur idole.

Les dirigeants de ce club avaient cassé leur tirelire pour recruter 2 stars : un avant international roumain ( Ionescu ) et ... Roger Claessen.
Tous les observateurs du foot allemand considéraient Alemania Aachen comme un oiseau pour le chat et le pointaient comme le descendant certain tout désigné face aux grosses cylindrées du championnat allemand ( Bayern, Mönchengladbach, Frankfurt, Dortmund, Hambourg, etc... ).
Par comparaison, imaginez un instant une petite ville comme Eupen ou Ostende accéder à la D1 belge et vous aurez tout compris sur le rapport des forces en présence.

Claessen et Ionescu, entourés de 9 porteurs d'eau, vont créer la première sensation lors du 1er match de championnat en allant s'imposer 1-4 chez le tenant du titre, le FC Nürnberg.
Au cours des 5 premiers matchs, Aachen va carrément s'installer en tête de la Bundesliga avec 8 points sur 10 ( victoire à 2 points à l'époque ).
Les Allemands écarquillent les yeux en découvrant Roger Claessen et ses équipiers.
S'ensuivent alors 5 défaites d'affilée et l'équipe rentre progressivement dans le rang.
Elle se reprend ensuite pour flirter avec les premières places derrière l'inaccessible et prestigieuse Bayern Münich des Beckenbauer, Breitner, Gerd Müller et autres Rummenigge ...
Lors de la dernière journée du championnat ( le 7 juin 1969 ), le dénouement est incroyable.
Mönchengladbach, en déplacement au Werder Bremen, perd 5-6 dans un match haletant et homérique.
Alemania Aachen, quant à lui, se rend au Hertha Berlin. Le stade olympique est garni de 50.000 personnes.
Allemania va s'y imposer 0-1 avec un but de ....... Roger Claessen !.
Aachen termine in extremis à la deuxième place ( vice-champion ! ) derrière l'inaccessible Bayern Münich.

Le retour à Aix est triomphal et 10.000 personnes réunies sur la Marktplatz réservent un accueil phénoménal à leur équipe pour ce qui reste le plus grand exploit jamais réalisé par ce petit club.
Cette année-là, la "Claessenmania" s'est exportée jusqu'en Allemagne.

Pour la petite histoire, notre Roger national rencontrera sa future épouse en Allemagne.

Texto  : Le doyen "Richard Claro"




































07/02/1962 1/4 de finale aller coupe d'Europe Standard Glasgow Rangers 4-1




























6ième minutes but de Roger Claessen


Roufosse-Claessen et "popeye" Piters























Spronk-Semmeling-Claessen






















1959 Roger Claessen-Paul Bonga Bonga-Léon Semmeling



































Portrait de Roger Claessen sous la plume de Christian Hubert ( journaliste à la DH et auteur du livre "Roger la Honte" :

"Roger Claessen est sans doute la personnalité la plus exceptionnelle qu'ait connue le football belge.
Certes, le nombre de sélections internationales qu'il compte (17) n'est nullement en proportion avec son énorme talent, mais il fut si souvent blessé et puni qu'il ne put améliorer cette série, d'autant qu'il tombait en pleine anderlechtisation de notre équipe nationale.

Le plus spectaculaire avant-centre de l'histoire du football belge était un personnage hors du commun, incroyablement attachant, d'une intelligence largement au-dessus de la moyenne, et d'une popularité incomparable.

Ses hauts faits d'armes furent légion, tout autant que ses frasques.
Ainsi, le 28 février 1968, il livra un match fabuleux de Coupe d'Europe contre l'AC Milan ( 1-1 et but de Claessen ). Le lendemain, il s'entraîna comme un forcené avec l'équipe nationale, et le soir, Roger-la-Honte fêta l'événement dans le Carré à Liège. Un peu émêché, il fut arrêté par la police au moment où il démarrait avec sa voiture. Il écopa de 5 jours de prison et rata non seulement Belgique-Allemagne, mais aussi ... le derby liégeois. Une sanction sans commune mesure avec l'infraction car il n'avait pas ( cette fois-là ) provoqué le moindre accident, mais il avait, paraît-il, eu affaire à un juge supporter de Rocourt !

Quelques années auparavant, à l'issue d'une longue suspension, qu'il avait passée à Val-d'Isère, son entraîneur, Gusti Jordan, le sélectionna sans le moindre entraînement contre le Lierse alors qu'il pensait jouer en Réserve. Il établit un fabuleux record du monde : inscrire 3 buts au cours des 3 premières minutes de jeu ! Il en marqua encore un de plus au cours du même match mais son record est de 5 buts en un seul match de Coupe d'Europe ( le 31 août 1966 contre les Islandais de Valur Reykjavik ).

Autres records très personnels : il joua notamment ( bien ) avec une fracture des côtes contre Nörkoping, une fracture du nez contre St-Trond, une fracture du bras contre Vasas Györ, et une fracture de la mâchoire contre le FC Liégeois.

Roger Claessen, qui avait brûlé la chandelle par les deux bouts, est mort beaucoup trop tôt. Mais il avait vécu à 200 à l'heure ..."

Saison 1965-66 Standard- Saint-Trond à gauche Roger Claessen, au milieu de dos Victor Wégria et 
Lucien Spronck sur le dos du joueur adverse.






















1961-62 but de Roger contre l'Union St Gilloise
























Saison 1965-1966
































Debout de g à d : Jef Vliers , Frans Dignef , Guillaume Raskin , Lucien Spronck , Paul Vandenberg et Jean Pierre Marchal .
Accroupis de g à d : Léon Semmeling , Marcel Paeschen , Roger Claessen , Velco Naumovic et James Storme

Saison 1969/1970 Alemannia Aachen


















Roger Claessen - James Storme








































Saison?


























Debouts de g à d : Jef Vliers,  Maurice Bolzée,  Lucien Spronck,  Paul Bonga-Bonga,  Jean Nicolay,  Henri Thellin. 
Accroupis de g à d : Léon Semmeling,  Istvan Sztani,  Roger Claessen, Denis Houf,  Marcel Paeschen.

Jef Vliers-Roger Claessen























Spronk-Semmeling-Claessens




















1964-1965 Sztani-Claessen






























Roger au petit château 1960?































1965 Michel Pavic-Roger Claessen























12/02/1961 Standard - Fc Liège 2-0























De g à d : Sztani, G Sulon, Delhasse, Claessen, Baré

Commune de Warsage : Au rayon "Personnalités"
Roger CLAESSEN
(Warsage 1941 - Liège 1982)
Roger Claessen est né à Warsage le 27 septembre 1941. Il est le 6ème et dernier enfant de Justin Claessen, cheminot, et de Maria Korvorst, exploitante d'une petite ferme, rue Joseph Muller. Petit, Roger fait parfois la tournée des maisons du village pour vendre la "maquée" qu'il a faite lui-même. Il fait partie de l'unité scoute. Parfois, il joue au football dans les prairies de Warsage avec l'un ou l'autre de ses copains. A 12 ans, poussé par son frère Joseph, il joue pour la première fois dans un club, "L'Etoile Dalhem". Le terrain, à l'époque, est situé le long de la Berwinne (derrière chez Lecouturier). Vu son âge, il entre directement chez les cadets. Il est alors en première année d'humanités à l'Athénée de Visé.
Il a envie de vivre en internat et commence sa deuxième année au Petit Séminaire de Saint-Trond. Il y est souvent enfant de choeur et sert régulièrement la messe. La moitié des élèves se destinent à une vie sacerdotale. Et Roger y songe un moment ...! Il retourne en famille toutes les 6 semaines, comme de coutume en ce temps-là, et joue donc très rarement dans l'équipe cadette de Dalhem.
Sur l'avis de Florent Demonceau, footballeur de l'Etoile transféré au Standard, le club liégeois s'intéresse à Claessen et "l'achète" 300.000 F : une aubaine pour l'Etoile !
C'est de suite la réussite dans l'équipe des cadets provinciaux du Standard à Sclessin. En 20 rencontres, Roger inscrit 101 buts ! A 15 ans 1/2 il fait déjà partie de la réserve et marque 25 buts en 6 matches. Le 12 décembre 1958, à 17 ans, il entre chez les "grands" à Tilleur, au stade du Pont d'Ougrée. l'internat étant devenu impossible, Roger s'inscrit au collège Saint-Hadelin à Visé puis double sa rhéto à l'Athénée.
La saison 59-60 n'est pas terrible. Par contre saison triomphale du Standard en 60-61 qui se termine par un titre de champion de Belgique et un 1er bain de foule pour Roger. Cette année-là, le club atteint le stade des demi-finales de la Coupe d'Europe. C'est le début de la gloire pour Claessen ... mais aussi des ennuis.
A cette époque, dira-t-il plus tard, les bruits les plus extraordinaires ont circulé sur mon compte. (C'est vrai qu'il fréquent beaucoup les bars et les filles ...) Ma plus grosse erreur, c'est que, quand je me suis aperçu qu'on faisait de moi un personnage, je me suis plu à le faire vivre !
Entretemps, il commence une année de droit à l'université puis une année d'éducation physique et enfin son service militaire, où, bien sûr, il est dans l'équipe de football.
En 62, le Standard, qui compte bien sûr toujours Claessen dans ses rangs, atteint à nouveau les demi-finales de la Coupe d'Europe et, en 62-63, décroche un autre titre de champion de Belgique.
Roger brûle aussi les étapes sur le plan international. Il devient un buteur remarquable. Avec les Diables ROuges, Roger ne dispute pas toutes les rencontres pour cause de suspension diverses et surtout de blessures.
Le meilleur ami de Roger Claessen, à Sclessin, est son collègue Léon Semmeling de Berneau. Roger est adulé dans son club comme aucun joueur du Standard ne l'a jamais été et ne le sera sans doute jamais. Pourtant, il fait les 400 coups partout où il se trouve. A la Noël 65, par exemple, lorsque le Standard se déplace au Zaïre, il fait le mur tous les jours. Mais, pour s'amuser, Roger n'a pas besoin de quitter la Belgique, ni la cité Ardente ... tous les bars lui sont familiers. El l'argent lui file entre les doigts. Il faut dire aussi qu'il a le coeur sur la main et paie facilement les tournées, à la grande joie de ses amis ou copains de sortie.
Roger adore les voitures et la vitesse. C'est ainsi qu'il a des accidents de la route (en 1962, avec 3 semaines d'hôpital, et en 1963). Il connaît aussi la prison (8 jours en 64 et 5 jours en 68 pour altercation suite à accrochage avec un inspecteur de police et infraction au code de la route en état d'ivresse). Les gardiens lui demandent des autographes !
Un copain de guindaille le surnomme Roger-la-Honte (du nom d'un truand célèbre du début du siècle). Le surnom pénètre bientôt le monde du football international. Alors que le Standard dispute le tournoi de Montréal dans le cadre de l'expo universelle, Roger fait une "fugue" de deux jours puis réapparaît dans le réfectoire bondé d'Allemands, de Mexicains, de Russes et d'Anglais, coiffé d'un chapeau sur lequel est brodé "Roger-la-Honte".
Roger Claessen et son ami Eddy Merckx sont les deux sportifs belges les plus populaires.
A l'issue de la saison 67-68, il n'a que 26 ans et est en pleine gloire. Cette année-là, il est le meilleur buteur du championnat de Belgique. Il vient sans doute de réussier sa meilleure saison et a failli décrocher le "soulier d'or". Il décide cependant de quitter Sclessin ! Ce n'est pas logique mais Roger s'explique : "Je ne m'y sentais pas mal. Tout simplement, j'ai toujours eu l'âme d'un aventurier et j'ai toujours voulu faire le plus d'expériences possibles. Je voulais connaître d'autres pays, d'autres moeurs ... Et puis, Anderlecht dominait le football belge et venait d'enlever son cinquième titre consécutif. Avec une équipe très inférieure, nous n'avions pas l'impression de nous batre à armes égales."
Le Bundeliga attire Roger Claessen. Le football allemand correspond bien à son tempérament offensif, bagarreur et spectaculaire. C'est une des raisons pour lesquelles Roger s'exile à Aix-la-Chapelle pour la saison 68-69. Son transfert rapporte 4,5 millions de francs au Standard, record absolu payé par un club de la Bundesliga ! Roger devient donc le joueur le plus cher d'Allemagne et le premier gros transfert belge à l'étranger si l'on excepte celui de Raymon Braine au temps des premiers balbutiements du football chez nous.
Roger gégne trois fois plus qu'au Standard. Aix-la-Chapelle, précédemment en fin de 1ère Division, termine 2ème du championnat. Chaque semaine, 3.000 supporters traversent la frontière quand le club joue à domicile. Certains effectuent même les déplacements avec Alemania.
La saison suivant, Claessen ne joue plus que par intermittence et le club redescend en ligue régionale. C'est ainsi que l'expérience allemande ne dure que deux ans. Mais elle fut passionnante et enrichissante et lui a permis notament de rencontrer sa femme. Le mariage est célébré civilement à Aix le 20 février 70 et religieusement à Warsage début avril.
En 1970, Roger rentre en Belgique, au Beerschot. C'est un véritable fiasco. Tout cela à cause d'une blessure mal soignée. Une déchirure du tendon diagnostiquée fort tard. Un séjour de deux mois à l'hôpital et la saison se termine.
En 71-72, il joue au Crossing de Schaerbeeck. Un changement de direction au club en fin de saison et en toute dernière minute oblige Roger, en 24 heures, à trouver un autre club. Il se retrouve à Bas-Oha en troisième division. Il y reste 3 ans 1/2 comme joueur-entraîneur. Après cela, Roger poursuit son expérience de joueur-entraîneur à Saint-Vith (1ère Provinciale) pour terminer à Queue-du-Bois (2ème Provinciale). Sa carrière de footballeur se termine. Il jouera encore parfois lors de rencontres de bienfaisance. C'est ainsi qu'il foule à nouveau le terrain du Standard à l'occasion d'une rencontre organisée par RTL. Et, régulièrement, le mercredi après-midi, il seconde l'entraîneur des minimes au Sart-Tilman.
Roger Claessen a toujours été adulé du public qui lui pardonnait toutes ses incartades. Bon vivant au franc-parler sympathique mais parfois grossier, intelligent et cultivé (Il lisait énormément), il a vécu à 100 à l'heure. Il s'est fait construire une villa à la Heydt. C'est là qu'il vivait avec sa femme et son fils né le 09 janvier 1971. Il le prénomme Marc Antoine par nostalgie pour l'Antiquité, une époque qu'il affectionne particulièrement, lui qui a toujours été premier en version grecque.


André Paty (soigneur) Roger Claessen, Henry Germay (médecin)







































































Sercice militaire 1963
Merci à  Jacquy A... pour ces photos ci dessous








































































07/02/1962 Standard - Glasgow Rangers 4-1 

Quelques heures avant le match Jean Nicolay, Roger Claessen




























On a surnommé Claessen le "James Dean" de Sclessin. D’un caractère fantasque, le centre avant des Rouches et l’équipe nationale a parfois eu quelques difficultés avec ces coéquipiers. Nicolay lui a dit : "Si tu mets ces trois balles dans le but des Rangers, je te pardonne tout."
Roger est pardonné.